Albus Severus, le Serpentard parfait issu de la saga Harry Potter : Explication!

Albus Severus, le Serpentard parfait issu de la saga Harry Potter : Explication!
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Comme père, comme fils

Comme on dit, tel père, tel fils ! En effet, Harry et son second garçon, Albus Severus, partagent un point commun hautement symbolique, à savoir leur crainte de ne pas être envoyés, une fois à Poudlard, dans la « bonne » maison. Ci-dessous, on décrypte le sens de l’affectation du jeune garçon. Attention, spoilers à tout va !

Quand y en a plus, y en a encore 

L’auteure de la célèbre saga magique a, visiblement, eu du mal à dire adieu aux personnages comme à l’univers sortis de son esprit. Après la parution du septième et dernier tome des aventures du petit sorcier à lunettes, Rowling a sorti un nouvel ouvrage, plus précisément une pièce de théâtre, intitulée Harry Potter et l’enfant maudit. L’intrigue se déroule peu après l’épilogue des Reliques de la Mort, dans lequel on découvre les personnages désormais adultes, accompagnant leur progéniture sur le quai de King’s Cross.

L’histoire tourne ensuite autour des aventures d’Albus Potter qui rejoint l’académie de magie, et permet de renouer avec plusieurs éléments déjà connus : en tête de liste, le choixpeau magique, que le fils d’Harry et de Ginny redoute plus que de raison, effrayé, comme son père avant lui, à l’idée de rejoindre la maison Serpentard. Cependant, à l’inverse de son paternel, Albus Severus est envoyé à Serpentard. Mais alors, comment expliquer la décision de l’artefact magique ?

Une définition péjorative

Pour commencer, il faut noter que, de par les personnages rencontrés dans la saga, nous avons, en général, une vision très négative de la maison Serpentard. Pourtant, les qualités valorisées pour intégrer Serpentard sont la ruse, l’ambition et l’ingéniosité. Des valeurs qui peuvent très bien être positives : après tout, le grand Merlin lui-même était un Serpentard ! On peut aussi citer Severus Rogue, l’inévitable anti-héros de la saga, dont les actes ont finalement permis le triomphe des héros.

A lire aussi :  Découvrez « Astérix et Obélix : l’Empire du Milieu » !

L’ambition et la fierté sont deux autres valeurs majeures, et Albus Severus les possède sans doute. Voulant sortir de l’ombre de son paternel, il tente de créer son propre héritage. Sa fierté qui lui joue parfois des tours, le pousse à faire fi des critiques, prouvant ainsi sa loyauté, une autre qualité commune aux sorciers orientés vers Serpentard.

La boucle est bouclée

Il est évident qu’on peut trouver de nombreux parallèles entre le destin d’Albus Severus et celui de son père. Tous deux partagent de nombreux traits communs : discrets pendant l’enfance mais capables de se dépasser sous la pression et de fédérer, ils ont rencontré leurs meilleurs amis respectifs de la même manière, au détour d’un compartiment du Poudlard Express. Ainsi, l’orientation d’Albus Severus à Serpentard est loin d’être un hasard. La maison ne fait pas le sorcier. Comme dirait un certain Directeur, ce sont nos choix qui comptent…

Selon de nombreux fans, Albus Severus est, en fait, l’enfant maudit évoqué dans le titre. Maudit par un héritage trop lourd à porter et par cette orientation surprise à Serpentard. En l’envoyant dans cette maison mal réputée, les auteurs offrent une conclusion tout sauf manichéenne aux inquiétudes du jeune homme, comme à celles de son père avant lui. La boucle est alors bouclée de la plus forte des manières. 

Et vous, quelle maison de Poudlard a votre préférence ?

L'actus culturelle & medias

Media Aces le site de référence !

media like bouton